15/02/2024 - ÉDITO FÉVRIER 2024 : Le Mot de Raoûle !

AccueilÉDITO FÉVRIER 2024 : Le Mot de Raoûle !

Février. Début d’année, repas de famille, dry january, neige, soleil, accidents nuls, amis, concerts. Naissances, premiers single, vieux albums, lacets défaits, trucs qu’on doit faire, décos de Noël qui disparaissent, chansons, fanfare… En janvier on repart sur de bonnes bases, et en février on fait quoi ?

Simple. Basique. L’infusion. Cela peut être une verveine, une cuillère de miel et un peu de citron. Cela peut être aussi : laisser infuser en nous les autres. Revoir un ami d’enfance, téléphoner à sa cousine, reparler aux gens qu’on ne voit pas si souvent, mais qu’on aime beaucoup. Chiller dans un endroit qui nous plaît, c’est pas mal aussi. Maintenant, fais ce que tu veux. Où tu veux. Comme tu en as envie. Ne fais pas ce qu’on attend de toi. Fais ce que tu n’attends pas de toi. Laisse-toi imaginer chaque jour une nouvelle journée. Porter par de nouvelles idées. Les tiennes. Celles des personnes qui t’entourent. Même les plus inattendues. Prends ton temps. Va à ta vitesse. Ecoute. Observe. Partage. Dans tous les sens. C’est du plaisir. C’est aussi s’autoriser une forme d’apprentissage inconscient et fluide. C’est comme ça que ça infuse. C’est ça février. Tout s’autoriser. Évidemment, avec respect et bienveillance envers les gens qui nous entourent. Nickel. Chrome. Simple. Basique.

Qui de mieux pour finir, que Panoramix et Otis ? Non, impossible de trouver mieux.

« Panoramix : C’est une bonne situation, ça, scribe ?

Otis : Mais, vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres, des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée… Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face, je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ce n’est pas mon cas, comme je le disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu ; et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… Je ne suis qu’amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent : « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ? » Eh bien je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour, ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une construction mécanique, mais demain, qui sait, peut-être simplement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi… »

RAOÛLE pour ACP LA MANUFACTURE CHANSON

**********

NOUVELLES FRAÎCHES!

  • Découvrez l’exposition « Dessiner la musique » en ce moment à la Manufacture Chanson, une proposition de notre Artiste Associé, Nesles, dessins de Charles Berberian et Alfred, sous le commissariat de Vincent Brunner.
  • Retrouvez toute la programmation jusqu’à la fin de saison sur la billetterie, en attendant le prochain concert le 28 février, la playlist de la Manufacture Chanson, avec les titres soigneusement sélectionnés par notre programmatrice est en écoute sur Deezer !

17/10/2023 - EDITO OCTOBRE 2023 : « Non, je ne me souviens plus du nom du bal perdu Ce dont je me souviens c’est qu’on était heureux »

AccueilEDITO OCTOBRE 2023 : « Non, je ne me souviens plus du nom du bal perdu Ce dont je me souviens c’est qu’on était heureux »

Les jours raccourcissent à vue d’œil, les longues nuits approchent, c’est l’automne mais on continue à chercher l’ombre, ah le climat le climat le climat.

En parlant d’ombre y’en a des tonnes (comment savoir le poids d’une ombre ?) des otages à l’ombre, des enfants, des femmes des hommes dans le noir, un prof devant son lycée, des guerres par-ci des bombes par-là, des exodes, des sièges… Le monde grince, que faire à part chanter, chanter, chanter : chantez, chantez, chantons les voyelles endeuillées, chassons les consonnes embusquées chantons, chantons, chantons.

Pour fêter les quarante ans de la Manufacture, on a chanté tout l’après-midi sur l’orgue de barbarie  de « Carton Compagnie », on a dansé (enfin pas moi) toute la soirée comme des fous sur des chansons avec « Le Bal du Limonaire » on a mangé des crêpes, la barbe-à-papa des chansons plein les oreilles et du sucre plein les dents, on a joué au chamboule tout sur les portraits de nos « détestés préférés », on a péché à la ligne (et pécho) des beaux CD pleins de chansons qu’on s’est promis d’écouter et de réécouter encore et encore

En parlant de CD, à une certaine occasion, j’avais demandé à un groupe de jeunes stagiaires lors d’un atelier d’écriture lesquels d’entre-eux avaient de quoi écouter des CD, je m’étais pris une tôle, pas un n’avait spontanément une solution pérenne alors que tout le monde sait que les plateformes, les plateformes, les plateformes…mais c’est génial de pouvoir tout écouter eh oui, eh oui, eh oui.

Pour en écouter des bonnes, des graves, des fumantes, des belles, des grinçantes, Nesles nous a concocté les « Quarantièmes Rugissantes » une centaine de chansons réunies dans une playliste dispo (ici)

On continuera de fêter les « quarante ans » jusqu’à la veille de Noël avec l’expo sur les quarante années passées et les nombreux témoignages.

En parlant d’écouter des chansons, et de voir des spectacles, on peut, on doit, serais-je tenté de dire, écouter-voir du live, il faudra prendre un risque pour espérer déguster du vrai, du cru, du direct, du circuit court avec ses ratages, ses hésitations et ses moments sublimes.

Alors même qu’on ne parlera plus des quarante ans, il y aura encore et toujours des concerts à la Manufacture Chanson, comme le répétait à loisir mon ami Hal Collomb un grand artiste aujourd’hui disparu,

« Et tout laisse à penser que ce n’est pas fini »

Pierre Ganem
Pour la Manufacture Chanson

L’image du mois : La Manufacture Chanson fête ses 40 ans !

EDITO SEPTEMBRE 2023 : « Nous saboterons pour vivre sans figure imposée, Pour avancer sans bride et tout réinventer. »

AccueilEDITO SEPTEMBRE 2023 : « Nous saboterons pour vivre sans figure imposée, Pour avancer sans bride et tout réinventer. »

Sabotage !

Cher(e)s ami(e)s, Cher(e)s abonné(e)s,

Cette rentrée devait être une fête ! On a acheté des ballons, des cotillons, des langues de belle-mère et tout le tralala. J’avais préparé mes meilleurs jeux de mots pour annoncer au monde entier, au travers de cette newsletter, les 40 ans de la Manufacture Chanson. 40 balais à dépoussiérer la chanson, artistes en quarantaine, les quarantièmes rugissants, l’âme à nu, cadre, âges et nerfs (merci Panpan…) et tous les poncifs habituels sur le fait d’avoir 40 ans : la maturité, l’expérience, la sagesse, la crise de la quarantaine, les tempes grisonnantes, mes premières lunettes…

Tout était quasi prêt pour une belle célébration, mais une terrible nouvelle nous a bouleversé et a totalement soufflé notre exaltation et notre entrain.

Nous avons perdu quelqu’un de cher. Et bien plus que ça encore, une personne merveilleuse.

Emmanuelle Cadoret nous a quitté ce mercredi 6 septembre, emportée par la maladie contre laquelle elle luttait courageusement depuis un an.

On présente souvent la Manufacture Chanson comme une coopérative d’artistes au service des artistes. Cela avait tout son sens pour Emmanuelle. Elle a frappé à la porte de notre structure, pour la première fois, en janvier 2017. Elle était, en quelque sorte, en panne d’inspiration et avait besoin d’outils pour avancer. Ça tombait pile, à cette époque nous proposions un « machin » qui s’appelait « la Boite à Outils », une sorte de dispositif qui proposait tout un tas d’outils aux artistes pour développer leurs projets. Emmanuelle a tout de suite su s’en emparer.

A tel point qu’elle s’est installée à la Manufacture Chanson presque jusqu’à en avoir les clés ! Elle a fait des formations, des concerts, des résidences, elle est devenue intervenante en écriture, même référente pour l’écriture de chanson. Elle a fait des actions artistiques auprès des jeunes du quartier, auprès de détenus à fleury Merogis et dans bien d’autres endroits encore… Elle a participé à de nombreux projets et, d’une certaine façon, la Manufacture Chanson qui est une SCOP, lui appartenait un peu, puisqu’elle en est devenue coopératrice, associée.

Je crois que ce qu’elle aimait dans ce lieu, c’est l’espèce de fourmillement créatif qu’il y a, ce sont les gens, les rencontres, la bienveillance et assurément la simplicité de tout ce petit monde passionné.

Quant à nous (quand je dis « nous », je parle bien au nom de toute l’équipe de la Manufacture Chanson…). Nous aimions l’artiste qu’elle était, ses chansons, son écriture, sa voix, son sourire sur scène, discret mais toujours présent, son univers artistique tout entier. 

Nous aimions également l’intervenante, la référente pédagogique, qui proposait plein de belles idées, l’associée, la personne incontournable et engagée qu’elle était devenue pour la Manufacture Chanson.

Nous aimions enfin l’amie, amitié sans faille, solide et généreuse, en toute simplicité. On sentait bien qu’Emmanuelle ne se forçait pas pour transmettre ou soutenir les autres, elle était bienveillante naturellement. On avait plein de projets ensemble, tu vas nous manquer terriblement, Manue.

Mais avant de partir, Manue a dit : « n’en faites pas des caisses ! ». Alors, nous n’allons pas en faire des caisses. Nous allons faire notre rentrée le coeur lourd. Celle-ci débutera par la grande porte ouverte samedi prochain 23 septembre et nous ferons la fête, pour nos 40 ans, jusqu’à la fin octobre, en pensant très fort à Emmanuelle.

Ensuite, nous essaierons de faire entendre sa voix au travers de ses chansons, dans les prochaines semaines à l’occasion de la sortie de son nouvel album, dans les prochains mois et les prochaines années. https://www.emmanuellecadoret.net/

Prochaine newsletter, courant octobre.

Stéphane RIVA
Pour la Manufacture Chanson

L’image du mois : Emmanuelle Cadoret en concert !

13/07/2023 - LA GAZETTE DES ZACTIONS ZARTISTIQUES #07

AccueilLA GAZETTE DES ZACTIONS ZARTISTIQUES #07

ÇA Y EST, C’EST L’ÉTÉ !

La dernière gazette de la saison est là ! Il fait chaud, il fait (presque partout) beau, c’est le moment idéal pour prendre des vacances bien méritées après une année très riche !

En 2022-2023, nous avons réalisé une trentaine d’actions artistiques et culturelles auprès de plus de 200 participant.e.s. Nous avons travaillé avec plus de 30 artistes qui sont intervenu.e.s dans les établissements scolaires, en milieu carcéral, dans les quartiers politiques de la ville, chez nos partenaires et à la Manufacture Chanson. Un grand merci et bravo à elleux. Merci également à nos partenaires pour leur confiance et pour ces beaux projets que nous avons pu mener ensemble.

Nous vous retrouverons à la rentrée pour de nouvelles aventures artistiques. En attendant voici une petite rétrospective des actions qui ont marqué l’année :

Namory, un jeune talent du 11e en concert à la Manufacture Chanson

Namory est un jeune rappeur du 11e arrondissement que nous accompagnons depuis plusieurs années à travers différentes actions. En 2023, nous l’avons choisi comme coup de coeur des Actions Artistiques dans le cadre du festival Les Epigones. Il a pu monter sur scène lors d’un lever de rideau au mois de juin à la Manufacture Chanson. 

Son concert est disponible sur notre chaîne Youtube :

On z’aime le Onzième !

La Manufacture Chanson est très impliquée dans la vie associative et culturelle du 11ème arrondissement.Chaque année nous participons à de nombreux événements comme le Open 11 Tour, le festival des cultures urbaines, l’été à Belleville dans le cadre du programme Ville Vies Vacances…. et nous accompagnons aussi de nombreux jeunes du 11ème dans leur professionnalisation, dans leur projet artistique et la création d’association.

L’incontournable festival Fleury Days

En septembre ce sera déjà la 4ème édition des Fleury Days ! La précédente édition avait remporté un vif succès rassemblant plus de 2200 spectacteurs. Bravo aux artistes programmés Billet d’humeur, Betty Seymour, Tryo, Gervaise, Bakel et Gauvain Sers. La programmation de 2023 sera dévoilée à la rentrée. Cette édition s’annonce grandiose !

La fête à la Bellevilloise

Pour fêter la fin des projets des classes UPE2A du lycée Etienne Dolet un événement-restitution a eu lieu à la Halle aux Oliviers de la Bellevilloise en présence de l’équipe pédagogique, des proches des élèves, des éducateurs et de la classe UPE2A du lycée Paul Poiret. Plus d’une centaine de personnes étaient présentes à l’événement ! Merci à l’équipe de la Bellevilloise pour leur accueil. 

Et plein d’autres actions ont marqué cette saison…

Des ateliers de création rap auprès de jeunes mineurs isolés avec France Terre d’Asile, auprès de personnes réfugiées avec la Croix Rouge, une chorale solidaire pour des personnes en situation de précarité, une chorale de « déglingos » pour séniors et de nombreuses actions auprès des publics empêchés et éloignés…

Nous sommes fiers de nos Zactions Zartistiques et nous avons hâte de vous présenter les nouveautés de 2023-2024 !

BEL ÉTÉ !

Marina et Tristan, pour le Pôle des Actions Artistiques

de la Manufacture Chanson

EDITO JUIN 2023 : « And I really have enjoyed my stay but I must be moving on »

AccueilEDITO JUIN 2023 : « And I really have enjoyed my stay but I must be moving on »

Cher.e.s abonné.e.s,

« Que le temps passe vite, même en chanson, ou surtout en chanson !

Une page, très importante pour moi, va se tourner… Une incroyable et intense aventure, de plus de 20 ans, voire plus si on tient compte de mon début de chanteuse en 1987 avec les ACP…
Que de moments et de rencontres mémorables et exaltants depuis ce temps !

Juin 2023… je quitte ma fonction de responsable pédagogique après des années de péripéties, de belles rencontres, de travail chronophage, de défis à relever, de « faire chanter les autres », d’escalades administratives et technocratiques (fréquemment sans sens aucun), d’« urgences » à traiter pour hier,  de collaborations diverses et variées, de mise à l’épreuve de ma faculté d’adaptation, de joies immenses mais aussi de loupés, de déconvenues, et d’épuisement…

Travailler à la Manu, c’est un peu comme être dans une machine à laver ou un tourbillon ! Mais avec le partage, la création, la musique, et la collaboration avec une super équipe, et beaucoup de fortes et belles camaraderies !

Je voudrais dire toute ma reconnaissance et mon amitié aux personnes avec qui j’ai travaillé, que j’ai croisé ou côtoyé. Je ne peux toutes les citer ici, il y en a tant ! Merci pour ces moments intenses et riches de partage et d’humanité autour d’un projet commun !

Une exception nominative tout de même : toute ma gratitude M’sieur Riva, mon pote, pour cette longue collaboration passionnante et foisonnante, qui ne fut pas toujours de tout repos ! Sans lui, cette belle entreprise ne serait pas ce qu’elle est…

Une pensée affectueuse à tous les artistes qui sont passés par nos formations. C’est pour et grâce à vous que nous sommes là… C’était bon de vous voir avancer, progresser, évoluer, vous envoler… Je vous souhaite le meilleur.

Une autre pensée amicale aux nombreux partenaires avec qui j’ai pu collaborer, et en particulier, la Fneijma, le SNAM et la fédération du Spectacle CGT.
Et je ne peux oublier Christian Dente, Luce Klein, Gilles Elbaz, Jean Dufresne et quelques autres, qui nous ont légué cette fabuleuse histoire qui a 40 ans cette année.

Aussi, ma philosophie, tout le long de ces années, était que les artistes ou artistes en devenir, nos stagiaires, soient heureux et satisfaits de leur formation et qu’ils puissent progresser et s’épanouir dans des conditions optimales, que notre structure puisse les aider au mieux à avancer dans leur projet, dans leur créativité, dans leur interprétation, dans leur chant. Pour ce, on peut avoir de beaux locaux, la meilleure équipe administrative et technique, le meilleur accueil, mais si ça n’assure pas ensuite, c’est raté ! Ceux et celles qui font qu’une formation est réussie, ce sont les formateurs et formatrices, les intervenant.e.s. J’ai eu l’extrême chance de travailler avec une équipe pédagogique fantastique et remarquable, des personnes passionnées par la transmission, par la musique, par les autres, le partage, des intervenant.e.s généreux, impliqués et exigeants. Certain.e.s ne sont plus là, certain.e.s viennent récemment d’intégrer l’équipe, mais tous et toutes ont été et sont importants.

Donc, pour finir, je veux leur rendre un hommage particulier, avec toute ma reconnaissance pour ce parcours et cette collaboration qui fut pour moi, avec les échanges et retours positifs des stagiaires, une des plus importantes satisfactions. Sans vous, sans votre professionnalisme et engagement, mon travail n’aurait eu aucun sens et nos formations ne rencontreraient pas ce succès grandissant… Toutes ces années, c’était réconfortant de pouvoir s’appuyer sur une vraie et solide équipe pédagogique ! Merci, merci …

L’été approche… Que la vie vous soit douce…avec beaucoup de musique… Prenez soin de vous !
Mille mercis à toutes et tous et à très bientôt ! Vous serez toujours dans mon coeur.
Et encore quarante années (et même plus) de belles aventures à cette superbe structure qu’est la Manufacture-Chanson !! »

Olenka Witjas
Pour la Manufacture Chanson

L’image du mois : L’équipe de la Manufacture Chanson réunie autour d’une choucroute de noël !

EDITO MAI 2023 : « Et j’ai écouté c’que tu fredonnes, Et j’ai écouté comment ça sonne »

AccueilEDITO MAI 2023 : « Et j’ai écouté c’que tu fredonnes, Et j’ai écouté comment ça sonne »

Les fondamentaux fondent le mental

Cher(e)s ami(e)s, Cher(e)s abonné(e)s,

Il y a quelques jours, il y a eu Mathieu Boogaerts en concert à la Manufacture Chanson. Quelques semaines plus tôt il était venu faire une master-class et ce soir-là, sur scène, il avait encore tellement envie de partager, de transmettre de donner… Lui, avec sa guitare et ses grand yeux ronds, ses changements de rythme, de ton, tous ses petits mots les uns après les autres, tout doux et tout bien ciselés qui te promènent ici et là, qui t’emmènent, te transportent.

Et on a dansé ! Et on a chanté ! Et on a ri ! Et on a pleuré ! Et on a allumé nos briquets et nos téléphones pour les balancer au-dessus de nos têtes. De temps en temps, il disait « lumière 1 » et Niklas à la régie lumière envoyait la lumière 1. Il y avait 5 ambiances de lumière, cela a fait tout l’heure et demie de spectacle… Parfois 3, 2 puis 5 et même une fois « lumière 4 ».… Et nos yeux brillaient !

Lors du rappel, pour que ça pulse encore plus, il a demandé un delay à Sébastien, notre ingé-son. Nous étions au top de la technologie, après quelques secondes de calage de tempo, la chanson s’est emballée, on s’est balancé, chaloupé, trémoussé et on en a réclamé « une autre » !

Quand j’entends de gros producteurs de spectacle se plaindre de cachets d’artistes de plus en plus élevés et de coûts techniques faramineux. Certains disent « Mais c’est le public qui demande ça ! Ils en veulent toujours plus, il faut leur en mette plein la vue, même si les places de concerts sont de plus en plus chères ! Même si le bilan carbone est déplorable ! Mais est-ce que ce sont le nombre de lights, les faisceaux lasers, les effets pyrotechniques, les scénographies titanesques, les gigawatts de puissances qui font une bonne chanson ou donnent une émotion ? Il ne faudrait pas que cette débauche de moyens soit juste une sorte de cache misère.

Moi, le RIVA de la crèche, ce qui me fait bouger, ce qui me fait rire ou m’émeut, c’est un gars (ou une fille…) comme Mathieu Boogaerts, une guitare, du groove, quelques notes et quelques mots qui touchent et qui claquent. Alors, vivement la décroissance des concerts ! Vivement le retour à l’essentiel, aux choses simples, aux chanteurs qui chantent !

Cet édito de newsletter, un peu « hors la vraie vie », était mon dernier de la saison. En effet, GROSSE EMOTION ! C’est Olenka Witjas, notre responsable pédagogique depuis bien longtemps et grande amie depuis encore plus longtemps qui prendra la plume, en juin, avant de partir vers d’autres horizons et quitter enfin les limbes infernaux de la formation professionnelle devenue un enfer de technocratie et d’administratif. Olenka, je te souhaite plein de bonnes choses pour la suite, de continuer à défendre les artistes comme tu l’as fait depuis toujours, mais aussi beaucoup de nouveaux projets, du soleil et beaucoup de musique (Sans débauche de matos ! Juste quelques notes bleues, en l’air, suffiront…).

Prochaine et dernière newsletter de la saison 2022/2023, le mois prochain, donc par Olenka.

Stéphane RIVA

L’image du mois : Mathieu Boogaerts en concert à la Manufacture Chanson le 10/05/2023

EDITO AVRIL 2023 : « Maint’nant chte rembobine, Chte reset pas, chte rewind, Chte pause et chte stop, ch’t’eject, Chte forward, chte play plus »

AccueilEDITO AVRIL 2023 : « Maint’nant chte rembobine, Chte reset pas, chte rewind, Chte pause et chte stop, ch’t’eject, Chte forward, chte play plus »

Qui va piano, ménage sa monture,

Cher(e)s ami(e)s, Cher(e)s abonné(e)s,

Il est sans doute l’heure de revenir en arrière, de reculer, renoncer, décrocher, se retirer, abdiquer, lâcher l’affaire et laisser tomber les bras ballants.
Il est peut-être temps de faire demi-tour, de faire marche arrière ou machine arrière. « En arrière toute ! », « Paré à virer ! », on change de bord et on affale toute la toile.
Les conditions sont probablement réunies pour revenir au niveau inférieur, pour faire un retour chariot, un rewind, un reset, pour cliquer sur « cancel » ou mettre à la corbeille.
C’est sûrement le bon moment pour reprendre son canapé clic-clac, pour battre en retraite à la campagne, pour abandonner, se replier, céder, ne plus se borner, déposer les larmes.
Il y a là, Laurent et Sophie, main dans la main, avenue de la république. Il se regardent tendrement, ils sont beaux, ils ont tout l’avenir devant eux. Il ne leur manque plus qu’un peu de temps pour vivre leur grand amour dans ce Paris, tout petit, pour ceux qui s’aiment et luttent pour le plus grand nombre. Mais bon sang ! Au nom de l’amour ! Stoppons tout et offrons-leur un peu de répit et une once d’espoir d’un monde un peu moins pire.
C’est toujours la même chanson qui tourne en rond sans fin à la coda alors que tout est déjà dit au premier couplet.

Prochaine et dernière newsletter de la saison 2022/2023, le mois prochain.

Stéphane RIVA

L’image du mois : Marche arrière !

La Gazette des Zactions Zartistiques #06

AccueilLa Gazette des Zactions Zartistiques #06

Les nouveautés du Pôle Action Artistique !

Invitation au rendez-vous sur les publics scolaires
Nous avons toujours eu à coeur de transmettre une pratique artistique dès le plus jeune âge. Nous mettons en place, depuis de nombreuses années, des actions artistiques pour des élèves de tout niveau et de tout âge. Afin de partager nos expériences et d’imaginer les projets des nouvelles saisons à venir, nous souhaitons organiser prochainement un temps d’échanges avec des professeurs(es), artistes intervenants(es) et autres acteurs(rices) du milieu scolaire. Si vous souhaitez y participer, nous vous invitons à nous contacter par téléphone au 06.32.50.47.80 ou par mail à mediation.culturelle@manufacturechanson.org

Les Jeunes Talents du 11e
Dans le cadre du OPEN 11 TOUR, plusieurs structures accueillent chaque mois un open mic pour vous faire découvrir les jeunes talents du 11ème arrondissement.
La Manufacture Chanson les accueillera le jeudi 20 avril à 20h. Venez les encourager et les découvrir sur scène !!
En entrée libre

Notre nouvelle chorale à Morand
Dans la continuité de la chorale accueillie à la Manufacture Chanson en 2022, une nouvelle chorale ouverte à toutes et à tous a démarré ce mois-ci à la Résidence Morand (Paris 11) tous les mercredis à 10h. D’autres activités sont également proposées par Le Picoulet, Tatane et l’UNRPA. Un temps fort inter-associations sera animé au sein de la Résidence chaque trimestre. Au programme : tournoi de babyfoot intergénérationnel, représentation de la chorale, animation de jeux de société, démonstration de Taï Chi…
Prochain temps fort le 03 mai à 14h !

Les news de Nesles, artiste-associé 
Les labo-concerts de Nesles continuent à la Manufacture Chanson ! Au labo-concert du 25 mai il accueillera des étudiants (futurs professeurs de musique) de l’INSPE Sorbonne. Autre nouveauté cette saison, les rendez-vous du Café Walden où, avec quelques invités, il parle de musique, de création, des hauts et des bas…
Pour plus d’info : https://www.manufacturechanson.org/les-rendez-vous-du-cafe-walden-2/
Entrée libre sur inscription

Découvrez l’équipe de la Manufacture Chanson !

Portrait de Mélanie, artiste intervenante

Quel est ton parcours ? En quoi consiste ton métier ?
J’ai suivi une formation de comédienne au cours Florent et plusieurs stages basés essentiellement sur les techniques de l’Actor Studio. Passionnée par la mise en scène, l’écriture, je me déplace discrètement vers l’ombre pour écrire. J’ai publié un monologue de théâtre et réalisé plusieurs clips vidéo. Tout autour de moi, la musique vibrait, j’ai décidé d’écrire mes premières chansons accompagnées de ma guitare et j’ai suivi une formation d’auteure compositrice interprète à la Manufacture Chanson. Aujourd’hui, je travaille sur mon projet musical et vais sortir mon premier EP d’ici le printemps prochain. Je suis donc auteure/compositrice/interprète, comédienne, réalisatrice/scénariste
Comment as-tu connu la Manufacture Chanson ?
Tout simplement sur internet puis conseillée par une coach vocale.
Quels projets mènes-tu avec la structure ?
Je participe à des actions artistiques et culturelles en proposant des ateliers d’écriture de chanson et de mise en scène dans des collèges. A la Manufacture Chanson, je travaille sur un projet de réalisation et de montage de petites capsules vidéo pour présenter chacun des artistes-intervenants.
En quelques mots, comment définis-tu ta pédagogie ?
J’aime la recherche dans le travail, une recherche collective où l’on se nourrit les uns des autres, où l’on se surprend soi-même, c’est un apprentissage. J’essaye au maximum que le travail soit aussi nourri par le sourire et le jeu… Surtout pour le travail avec les plus jeunes…
Le petit + de la Manufacture Chanson ?
Le gros + je dirai : une équipe hyper bienveillante et respectueuse, une structure riche où de jolies rencontres fusent. C’est un endroit de qualité où il est bon de tester et de créer !

À BIENTÔT !
Marina et Tristan, pour le Pôle des Actions Artistiques
de la Manufacture Chanson

EDITO MARS 2023 : « Dreams are my reality, a wondrous world where i like to be… »

AccueilEDITO MARS 2023 : « Dreams are my reality, a wondrous world where i like to be… »

Cher(e)s ami(e)s, Cher(e)s abonné(e)s, Le 14 avril prochain, ce sera la carte blanche de Clarika à la Manufacture Chanson. Pour l’occasion, de sa plus belle plume, elle nous propose cet édito de mars, chaleureux et délicieux.
Stéphane Riva

Un édito de mars pour une soirée d’avril quand la vie ne tient qu’à un fil

C’est une belle introduction, non ? Et ça rime comme dans une chanson.

Ça tombe bien. Je sais, j’aurais pu, (j’aurais dû ?) faire une tribune éminemment politique. Le contexte n’est pas à la rigolade. Je vous épargne un récapitulatif, il y aurait bien trop de feuillets à remplir et pas sûre que vous ayez le courage d’aller au bout de mes diatribes. Surtout, je suis très mauvaise pour ça : si parfois j’ai un truc à dire, j’y arrive mieux en m’égosillant derrière un micro ou avec des amis de toujours, autour d’un petit verre de Chinon. Alors je m’abstiendrai. Ce n’est pas faute d’avoir les nerfs, en particulier et en général, et d’avoir envie d’en découdre. Je suis très forte pour refaire le monde, mais un peu moins pour le changer… même si j’aimerais bien.

Alors, parce que ma présence sur cette page a un lien avec ce qui nous anime ici , cet avril haletant qui se profile doucement , je vais vous parler de cette «carte blanche» que La Manufacture m’a proposée. Quel beau cadeau ! Merci les amis.

C’est beau, une carte blanche… Il faut l’écrire, c’est le champ des possibles, une grande plage déserte un peu ventée où on pourra planter ses fruits, sa tente, son parasol à franges, ses envies. Tout est à imaginer. J’adore.

Sur ma plage ce 14 avril, soyez donc prévenus, le soleil va briller fort (quelle métaphore hardie !) et je suis bien heureuse de vous présenter celles (oui celles) qui vont éclairer de leur présence cette soirée particulière et déjà chère à mon coeur. Quand la nuit va tomber, sachez qu’il va y avoir du beau monde autour du feu de camp…

Dans le désordre ou pas, j’ai le plaisir de convier Sarah Mikowski. Un jour, Laure ma manageuse émérite m’a présenté Sarah, elle pensait que ce serait une bonne idée que je puisse poser un oeil extérieur et bienveillant sur la création de son spectacle, et Sarah n’y était pas opposée, semblait-il ! «Ah oui, peut-être, tu crois ?» un peu dubitative «Désolée je ne suis coach en rien» mais j’ai réfléchi et je me suis dit que c’était le seul endroit où je me sentais légitime pour donner des «conseils»… et je l’ai trouvée passionnante, cette aventure : écouter, proposer, soutenir, imaginer, projeter le tout pour un vrai public… c’était bien d’être cette petit souris attentive et concentrée planquée devant la scène. Et surtout, Sarah, j’aime ses chansons. Elle est drôle, elle me touche.
Merci d’être là Sarah.

La deuxième comparse, c’est Ornette. Ornette est une sacrée musicienne et une super chanteuse et, en plus – la vie est bien faite – elle a joué de tous les claviers et fait bien des choeurs sur deux de mes albums, dont le prochain à paraître… On s’est d’abord connues comme ça, dans l’intimité d’un studio, puis à partager des bons verres et plats goûteux entre les séances. Puis je l’ai écoutée, elle toute seule, rien qu’elle… J’aime le petit monde d’Ornette, il n’appartient qu’à elle. Le décrire serait réducteur, on dirait quoi, peut être entre chanson et électro, ce qui, je vous le concède, ne veut rien dire mais je ne sais décidément pas jouer la critique musicale. Une chanteuse, ça s’écoute, ça ne se raconte pas. Tout ce que je peux dire c’est que je kiffe.

Là c’est plus clair non ?
C’est trop bien que tu sois là Ornette !

Et puis, au milieu de ces femmes chantantes, il y a une autrice, auteur-e, auteuse (je m’y perds) et si je l’ai gardée pour la fin, ce n’est pas parce qu’un lien particulier nous unit (comprendra qui veut) mais c’est surtout que cette jeune damoiselle, Lili Nyssen, a sorti à la rentrée littéraire un premier roman qui m’a scotchée (oui, comme Lio à l’époque de la Nouvelle Star, émue aux larmes devant certains candidats… ça c’est pour ceux qui ont suivi l’affaire comme moi avec un plaisir coupable). Son roman (à Lili, pas à Lio !) s’appelle L’effet Titanic et je manque simplement de mots pour dire la montagne d’émotions qu’il a soulevée en moi (et pas qu’en moi). C’est un très beau livre qui m’a bouleversée, qui raconte dans une langue puissante la fin de l’adolescence, ce moment où tout bascule et où…

Mais un livre ça ne se raconte pas, ça se lit… ou parfois ça s’écoute… Ça tombe bien…
Lili viendra nous en lire quelques extraits accompagnée pianistiquement par le génialissime Mathieu Geghre (ah, enfin un homme dans le game). Impatiente de t’entendre dire ces mots-là, Lili.

Comme c’est de mise à chaque carte blanche, la Manufacture m’a proposé une «exposition». Dans un premier temps, je dois avouer que le mot lâché m’a fait un peu peur. J’ai imaginé un instant exposer mes propres oeuvres mais mes compétences picturales et graphiques se résument à dessiner le même cheval depuis le CE2 – je fais aussi pas trop mal les bonhommes, et un peu les chats mais j’ai du mal avec la queue – mon degré d’aptitude limitait donc considérablement mon champ d’action. J’aurais pu aussi réunir des photos de scène, de mes tournées pourquoi pas, des moments in/des moments off, des folies backstages, mais l’intérêt au final me semblait quelque peu limité par rapport au projet ambitieux, vecteur de sens, imaginais-je, qui m’était confié.

Je vous ai dans cette optique épargné, naturellement et sans regrets, les photos de vacances ou les coupures de presse attestant de mon «parcours olympique» chantant.

Il restait un doute : pourquoi ne pas tapisser le hall des pochettes des albums m’ayant nourrie depuis l’enfance, et ayant eu forcément une influence sur mes propres choix musicaux ? Mais à l’idée d’exposer MON 45 tours de Richard Sanderson ou la pochette du 33 tours constellé de café d’Annie Lennox, j’ai renoncé – même si c’est chouette, les pochettes des vrais disques, je ne renie rien.

Au final, il m’a semblé que ce serait bien d’aller voir ailleurs si je n’y étais pas. Proposer une autre petite musique, un chemin de traverse, même un peu escarpé.
Et elle coule de source, cette «Ballade des gens heureux» à laquelle je vous convie grâce au travail éclairé de la compagnie Hors piste.

Leur installation immersive raconte ça : des femmes sans domicile qui, avec leurs portables, ont filmé leurs déplacements quotidiens et leur errance dans les rues de Paris… et comment en traçant les contours de leurs déplacements, on arrive à… Mais je ne vous en dis pas plus.

Une expo ça ne se raconte pas, ça se voit en vrai.
Bravo Eugénia Atienza, Benoit Serre, et votre équipe et merci à toutes ces femmes d’avoir partagé ces moments de vie.

Voilà…
Ça va être une putain de belle soirée ! Les femmes y seront à l’honneur.
C’est pas fait exprès, ou peut-être un peu… mais ça tombe bien !

Merci à tout ce petit monde d’avoir accepté mon invitation.
Merci la Manufacture pour cette belle idée. A très vite ! Moi, j’ai hâte.

Clarika

Prochaine newsletter, le mois prochain

L’image du mois : Carte Blanche à Clarika !

EDITO FÉVRIER 2023 : « Aujourd’hui, j’aimerais mieux que le temps s’arrête. Aaah, c’qui compte, c’est pas l’arrivée, c’est la quête »

AccueilEDITO FÉVRIER 2023 : « Aujourd’hui, j’aimerais mieux que le temps s’arrête. Aaah, c’qui compte, c’est pas l’arrivée, c’est la quête »

Libre de (se) créer…

Cher 2023,

Tu as déjà laissé échapper un mois, tu vas vite !
Lorsque certains actes, certaines lois stagnent, lorsque d’autres font demi-tour, régressent, la vie suit son cours malgré tout. Le temps ne s’arrête pas. Et ça court, dans tous les sens.
Des informations qui se précipitent, qui s’entremêlent ici et là, partout autour de nous. Elles nous collent à la peau. C’est visuel, c’est sonore, c’est parfois silencieux mais palpable. Elles caressent furieusement tous nos sens… Brouillent nos pistes et nos vérités.
« Où je vais ? Je ne sais pas, je ne sais plus. Qui je veux être ? Je pars ! Non, je reste. Pourquoi ? Je veux quoi déjà ? Haaaaaa ! »

Il était une fois, c’était il y a un peu plus d’un an. Ce jour-là, j’étais sûre de vouloir. Vouloir être accompagnée dans mon projet musical. Après la traversée COVID, une traversée immobile -in-confortable où nous nous sommes réfugiés près de nous, j’ai prolongé ce mouvement fixe en écrivant, composant, mais à l’abri de tous regard…
Là, une envie spontanée de m’ouvrir, de rencontrer, d’évoluer, je tapote sur mon clavier d’ordinateur, très vite, je tombe sur la Manufacture Chanson. Je lis, brièvement, mes yeux balancent de gauche à droite, j’appelle. C’est maintenant, tout de suite, urgence. Le temps passe.
Je m’y rends. Je visite, je discute, j’écoute, j’écoute oui, mais lorsque mes pas franchissent le sol intérieur de ce lieu, je sais déjà… J’aime son énergie stimulante, sa chaleur, je les vois ces sourires dans les yeux – Derniers jours masqués –
Je ne sais pas bien où je vais encore mais je m’y sens bien, je souris, c’est bon signe… Une intuition ? Une évidence.

Un an d’apprentissage, un accompagnement précieux, on s’écoute, on échange, on se nourrit, on progresse, on doute, on aime ou moins mais on teste grâce à des possibilités réelles et concrètes. On (se) crée…
Aujourd’hui, je suis artiste-intervenante à la Manufacture Chanson, je participe à des actions culturelles où j’interviens dans des ateliers d’écriture, de mise en scène, je collabore avec la belle équipe de la « manu » et je continue ma traversée musicale Confortable sous un toit solide en dessous du « ciel de Paris où s’envole une chanson… Hum hum… »

Prenez soin de vous, de votre liberté ! Prenez votre temps, le temps ne s’arrête pas…

Grain, Février 2023.

L’image du jour : Grain (se) crée sur scène à la Manufacture Chanson