Édito janvier 2021 « J’ai encore le temps pour écrire ma lettre, Je m’y mets bientôt, dès ce soir peut-être… »

Illustration actualité

Date de publication : 1/02/2021

Une attestation de bonne année !

Cher(e)s ami(e)s, Cher(e)s abonné(e)s,

Il est 23h55, ce 31 janvier, je n’ai pas encore souhaité la bonne année à mes ami(e)s et abonné(e)s.

Depuis bientôt un mois je me dis : « comment faire » ? Comment la souhaiter bonne celle-là ?

Chaque jour, je sors mon petit cahier, j’affute ma plume, mais rien ne sort. Je cherche en vain les vœux, virils, velus et puissants qui pourraient tous nous réconforter. Des vœux qui ressembleraient à une bonne tape sur l’épaule, du genre « ça va aller mon pote, ça va bien se passer… » ou alors « respire à fond, pince-toi le nez et ferme les yeux, ça ne va pas durer ! » ou encore « une tisane, un suppo et au lit ! ». Mais c’est trop familier, trop lourd, trop typé !

Aussi, Il faudrait trouver quelque chose de bien infantilisant car, on le constate aujourd’hui en écoutant les grandes personnes de ce monde (comme disait Balavoine), nous sommes tous des enfants.

Un jour, j’ai même pensé à mettre en place un système d’auto-vœux. Un peu à l’image des attestations de sortie, chacun se ferait ses propres vœux : « Bonne année Stéphane ! – Ha ! Merci Stéphane, tu y as pensé ? – Mais de rien Stéphane, avec plaisir Stéphane, c’est tout naturel Stéphane… »

Ça fait donc 30 jours que je remets mon problème au lendemain. Je suis au pied du mur, ce soir. Dans 5 minutes, c’est la fermeture officielle de la possibilité d’envoyer ses vœux. Soit, je suis un mal élevé et je me tais, soit je suis ridicule en faisant comme si de rien n’était, soit je botte en touche en rédigeant quelques mots neurasthéniques sur la difficulté de présenter ses vœux avec une sorte de mise en abyme à l’intérieur du dedans…

Soyons ridicules !

Toute l’équipe de la Manufacture Chanson se joint à moi pour vous souhaiter plus que le meilleur pour cette année 2021. Que tout le monde se procure tout un tas d’attestations pour écrire des chansons, pour les écouter, pour les chanter, les siffloter, les hurler ! Que chacun s’établisse un certificat d’insouciance et reste, à jamais, l’enfant qu’il a toujours été.

Prochaine newsletter, selon le prochain confinement…
Stéphane Riva

L’image du mois : Vive la procrastination !

Catégorie : A la une, Humeurs
Partage FacebookPartage TwitterPartage Email