Édito – octobre 2018 « Ils sont venus, ils sont tous là… »

AccueilBlog & ActusÉdito – octobre 2018 « Ils sont venus, ils sont tous là… »
Illustration actualité

La Mamma et le MaMA

Cher.es ami.es, Cher.es abonné.es,

 

Les évènements s’entrechoquent, Charles Aznavour, ce monument de la chanson nous quitte quelques jours avant la grand-messe annuelle des Musiques Actuelles, le MaMA.

Ils sont venus, ils sont tous là, avec leur badge autour du cou et leur tote-bag MaMA. Ils arpentent en long et en large le boulevard Rochechouart. On se serre la louche, on s’embrasse, on rit fort, on chuchote des trucs confidentiels (sans blague ?), on entend des : « On se voit tout à l’heure », « Mais tu es où maintenant ? », « Je suis débordé », « On a plein de projets », « Bon sang, mais ils ne vont tout de même pas flinguer ARCADI ! », « Hé ! Tu vas rire ! Ils veulent refaire un CNM !… », « C’est chez qui le meilleur apéro cette année ? », «  Tu vas à la pitch session sur l’écosystème du cyber-co-working de la live-blockchain du networking des lapins creusois ? », « Tiens, il y a Aïcha Touré en concert ce soir à la Manufacture Chanson ! Waouh ! Et christophe Bell ?il, ce vendredi ! »

Mais voilà mon problème ! Je me considère presque comme infirme dans ce genre de réunions, car je souffre d’une sorte de handicap très gênant : je suis nul en physionomie ! Je pense que la physionomie est une sorte de 6ème sens. Elle permet d’avoir des relations sociales normales. Chez moi, ce sens est totalement sous-développé, je ne reconnais personne. Même les proches où des gens que je côtoie beaucoup, j’arrive parfois à oublier qui ils sont. Un jour, j’étais dans une réunion avec plusieurs personnes dont une assise à côté de moi. On a bossé, échangé et on a blagué toute l’après-midi. On a même été au bistrot ensuite boire un verre. Le lendemain matin, je croise cette même personne et je n’ai rien trouvé à lui dire que « On se connait, non ? On ne s’est pas déjà vu quelque part ? ». Une autre fois, je parlais de quelqu’un que j’avais rencontré avec Madame Riva. Mais je ne me souvenais même plus si ce quelqu’un était noir, jaune, blanc ou autre. C’est grave docteur ?

Alors, en fin de journée, je rentre tout seul à la Manufacture Chanson et j’ai une pensée pour la Mamma d’Aznavour :

Y a tant d’amour, de souvenirs, Autour de toi, toi la mamma,
Y a du business, du grenouillage Autour de toi, toi le MaMA
Y a tant de larmes et de sourires, A travers toi, toi la mamma
Y a peu de rêve, beaucoup de blablas, A travers toi, toi le MaMA

 

Prochaine newsletter, courant novembre,

Stéphane Riva

L’image du mois : Les stagiaires de la formation « Transmission de Plumes »avec Mademoiselle K

Catégorie : Humeurs
Partage FacebookPartage TwitterPartage Email