Édito – février 2018 «C’est un petit bonheur, Que j’avais ramassé, Il était tout en pleurs, Sur le bord d’un fossé»

AccueilBlog & ActusÉdito – février 2018 «C’est un petit bonheur, Que j’avais ramassé, Il était tout en pleurs, Sur le bord d’un fossé»
Illustration actualité

Cher-e-s ami-e-s, Cher-e-s abonné-e-s,         

On est heureux nationale 7,

Que se passe-t’il ? D’habitude, à cette époque, en plein hiver, la Manufacture Chanson est toute morose. Nous traînons les pieds, calfeutrés sous nos cache-cols, pour de ne pas être la cible de microbes ou autres virus et bactéries. Emmitouflés, on esquisse à peine de petits bonjours timides, de peur que le froid rentre et on ajoute « je ne te fais pas la mise, je suis balade !… ». Le ciel est gris, nos pages sont blanches, nos mélodies errent entre mélancolie et tristitude. Mais en ce moment, malgré le froid, l’hiver, les crèves et gastros, on dirait que c’est tout le contraire ! Il règne, à la Manufacture Chanson, comme un p’tit grain de fantaisie (Youpi ! Youpi !). Tout le monde a l’air heureux, en joie, content d’être là. Les stagiaires écrivent, composent et chantent à tue-tête. Ils sont curieux et ravis de découvrir et échanger avec d’autres artistes. Les intervenants sont toujours bienveillants et positifs, ils encouragent et remontent le moral des chanteurs qui doutent. Les artistes programmés se font plaisir et donnent tout sur scène. Leurs publics en redemandent. Ils restent après le concert pour papoter entre eux et avec les artistes. Ils ne veulent pas partir… Il y a aussi, tous ces gens qui viennent répéter ou suivre des cours avec l’EDIM, les musiterriens et autres compagnies qui ont l’air de s’amuser. Sans parler de l’équipe ! La belle ambiance… On arrive le plus tôt possible et on ne regarde pas sa montre. On s’entraide, on se taquine, on se marre, on mange ensemble, on boit des coups, on se dit vivement lundi et on est partant pour tout.

Non, ce n’est pas « la maison du bonheur », le loyer est vraiment trop fort, je ne suis pas preneur ! Mais tout le monde semble copain comme cul et chemise. C’est comme si on nous avait greffé des boules à facettes dans nos têtes, tout est clair, tout brille, on ne voit que le verre à moitié plein et on ne se noie pas dedans…

C’est donc une drôle de période de plénitude. Il n’y a que les auteurs de chanson qui râlent car le bonheur est rarement source d’inspiration. Et j’espère que cela ne cache pas quelques galères à venir…

Prochaine newsletter, vers la mi-mars.

Stéphane RIVA
pour la Manufacture Chanson

* Les stagiaires de la formation « Voix Intensif & Interprétation » en atelier « Voix » avec Anouk

Catégorie : Humeurs
Partage FacebookPartage TwitterPartage Email