Édito – février 2020 « Au soleil couchant, les rivières deviennent des champs Sous la Lune, le monde devient jaune. Quand le ciel gronde, je reconstruis le monde »

AccueilBlog & ActusÉdito – février 2020 « Au soleil couchant, les rivières deviennent des champs Sous la Lune, le monde devient jaune. Quand le ciel gronde, je reconstruis le monde »
Illustration actualité
Cher.e.s ami.e.s, cher.e.s abonné.e.s,

Super ! Stéphane me propose d’écrire l’édito du mois de Février ! Euh de quoi on parle en février ? J’aime pas la Saint Valentin ! Les vacances scolaires bof, les municipales, je ne ferai pas mieux que Pierre Perret (tout, tout, tout…). Il me reste une seule possibilité, promulguer ma propre fête et décider que dorénavant, aujourd’hui sera la fête de l’action culturelle à la Manufacture Chanson !

Mais au fait, c’est quoi l’action culturelle ?

C’est sûr que ça pourrait se limiter au truc qu’on nous sert à toutes les sauces depuis quelques temps. Dès qu’un.e artiste développe un projet, fait une résidence, un concert il faut que ce soit en lien avec de l’action culturelle et si possible auprès de publics dits « empêchés ». Ça pourrait facilement être confondu avec de l’animation mais nul besoin de BAFA pour être artiste-intervenant. Ce ne sont pas non plus des cours, ni de la formation.
L’action culturelle, ça part d’une chouette idée : un.e artiste qui va rencontrer des gens qui ne seraient pas venus le.la voir pour échanger sur les (ses) pratiques artistiques et créer des choses ensemble. C’est une bonne manière de tordre le cou au mythe du tout puissant talent et de se souvenir qu’en s’y mettant, on peut tous avoir une pratique artistique créative.
Et puis l’action culturelle, ça laisse des souvenirs impérissables…
Quand une comédie musicale écrite avec Judith Caen par une dizaine d’ados sur les instrus composées avec Fleur Offwood et PrinSess Jorge est représentée à la Maison des Métallos devant les familles et amis…
Quand des élèves de la classe d’intégration du lycée Charles de Gaulle sont invités par le rectorat dans le grand amphi de la Sorbonne bondé, qu’ils lisent leurs textes au micro et qu’on diffuse la chanson qu’ils ont écrite avec Te Beiyo alors qu’ils ne parlaient pas un mot de français au début de l’année…
Quand des collégiens de Voltaire viennent écrire des chansons d’amour avec Florentin Fouch pour partir à la reconquête de leurs bien-aimées…
Quand on écoute ensemble les chansons écrites avec Emmanuelle Cadoret à l’Espace Paris Jeunes Belleville à partir de vers de poètes dans le cadre de Lire en délire…
Quand Nawel porte haut les textes écrits en détention à Fleury-Mérogis, à la Philharmonie…
Et tant d’autres…
Alors oui, aujourd’hui, c’est la fête de tous les artistes-intervenants des actions culturelles de la Manufacture chanson !

Tristan Haspala
Pour la Manufacture Chanson

 

L’image du mois : Présentation de la comédie musicale « La Fleur ensorcelée » à la Maison des Métallos 

Catégorie : Humeurs
Partage FacebookPartage TwitterPartage Email